Intégration Régionale et Management des Institutions Communautaires

Le Département de l’intégration et la coopération pour le développement  a été crée le 13 mars 2013 par arrêté N°3000022. Cet acte s’inscrit dans l’élan  d’une réflexion académique et stratégique  susceptible de renforcer les performances de l’Institut des Relations Internationales du Cameroun (IRIC) dans le domaine des relations Internationales. Pensé par la Direction de l’Etablissement et par le Conseil des Enseignants, c’est sous la présidence du Professeur Narcisse MOUELLE KOMBI que la validation de ce programme s’opéra au sein  du rectorat de l’Université de Yauondé II puis l’acte  du Ministère de l’Enseignement Supérieur surviendra 2ans après. Cette OFFRE DE FORMATION est tournée vers les politiques d’intégration et de coopération. L’aboutissement d’un tel projet a permis alors à l’IRIC de se tourner vers un champ de Relations Internationales qui tient à la fois compte d’une mondialisation intégrative et les questions de coopération pour le développement en Afrique. Pour atteindre cet objectif, l’IRIC étant sur le plan international un institut dont la notoriété en matière de relations internationales ne souffre d’aucune contestation, il était opportun après la célébration du quarantenaire de son existence en 2011 que cet institut Universitaire à vocation professionnelle mette en valeur de nouvelles filières de spécialisation tournées vers l’intégration et la coopération pour le développement. Ces priorités centrales sont au centre de nombreux postulats qui portent  sur  les questions d’intégration et de coopération pour le développement. Ces stratégies sont au centre des préoccupations des Etats Africains tant au niveau sous-régional que régional. Ce département a  pour mission essentielle d’œuvrer à la mise en place d’une référence africaine à travers une double formation qui tient compte des questions d’intégration et des politiques de coopération pour le développement.

COMITE SCIENTIQUE DU MASTER

Le Directeur de l’IRIC

Le Directeur Adjoint chargé des Etudes

Le Chef de Département de l’Intégration et de la Coopération pour le Développement. Le professeur Pascal Charlemagne Messanga Nyamnding,  maitre de conférence, celui-ci est assisté d’un membre permanant, le Professeur Guy MVELLE, maitre de conférence (actuellement secrétaire général de l’Université de Dschang et par plusieurs enseignants permanents et  associés spécialisés dans le domaine des relations internationales de développement).

La mobilisation des stratégies économiques, politiques, sociales et culturelles dans un contexte d’émergence des APE exige que les politiques de compétitivités s’opèrent d’abord à l’échelle sous- régionale. Puis avec les CER (Communautés Economiques Régionales) d’Afrique et l’Union Européenne. Ça sera avantageux pour le Cameroun qui a signé les APE  sans les  Etats de la CEMAC. Ces dichotomies en matière de politiques d’intégration exigent que cette offre de formation soit mise en œuvre, afin d’harmoniser les politiques de développements

II-1. Opportunité socioéconomique du Master

Renforcer l’offre de la mobilisation en matière d’expertises sur les politiques commerciales communes, politiques d’intégration communes, politiques environnementales.

II-1-1Formation des experts en relations internationales de développement

II-1.2. Arrimer les Etats africains aux exigences de la mondialisation, et préparer les experts à faire face à la compétitivité

II-1.3. Spécialistes en Relations Internationales de développement, option intégration et coopération pour le développement, consultants pour les OIG et  ONG de Developpement, consultants pour les institutionnels locaux

II-1.4. Consultants, experts et enseignants chercheurs en Relations Internationales de développement

II-1.5. Mise en œuvre technique des programmes puis gestion des politiques de développement, Politique du développement, arrimage aux nouvelles stratégies et contraintes de la mondialisation par les stratégies d’intégration, puis mise en œuvre de la programmation des politiques émises par les institutionnels puis centre d’intérêt le panafricanisme politique, économique et socio – culturel. Formation des experts en matière de politique d’intégration et formation des consultants en matière de financement de politique de développement, nous recevons les médecins et les ingénieurs intéressés sont admis dans nos programmes à l’effet de conduire les politiques publiques.

II-2. OPPORTUNITE SYSTEMIQUE

II-2-1 Elaboration d’un pôle africain de compétitivité en matière de politique d’intégration

II-2-2.Montage des projets et financement des projets de développement par les partenaires Nord – Sud et Sud – Sud. Elaboration des politiques institutionnels d’accompagnement.

II-2.2. Enseignement dans les normes LMD conforme, puis coopération et stage avec les institutionnels locaux, accompagnement en matière de politique publique, de coopération au développement.

II-2-3. Renforcement des performances avec les assistants, chargés de cours, maitres de conférences, professeurs titulaires et professionnels.

II-3. Opportunité institutionnelle

Amélioration des politiques publiques sous l’auspice de l’action publique internationale

Former les experts en Relations Internationales Africaines, en Relations Internationales de développement et les consultants.

III-1-1. Le programme est en expérimentation.

III-1-2. Former les experts en Relations Internationales de développement, en Relations Internationales Africaines et les consultants.

III-1-3. La politique de développement.

III-2 : Compétences recherchées

Economie du développement, politistes spécialisés en Relations Internationales de développement, juristes experts en droit des investissements, droit international économique, experts en Anthropologie Juridique et politique. Spécialistes en sociologie des organisations ; spécialistes en matière d’Opération de Maintien de la Paix, experts en matière de sécurité internationale de développement, experts en égyptologie et en épistémologie africaine, enfin expert en droit coutumier et relation internationale africaine

III-2.1. Politique de développement et relations internationales de développement

III-2-2  Formations tournées vers les politiques de développement

III-3 Méthode et technique d’apprentissage

  • Cours magistral ;
  • Séminaires ;
  • Exposés sous forme de laboratoire ;

III– Mode d’évaluation pédagogique.

Contrôle Continu qui repose sur 04 piliers : les exposés, les travaux pratiques, devoir sur table, voyage d’étude avec rapport, plus un rapport de stage.

Notation d’exposés

Assiduité et participation active aux enseignements dispensés

Examens semestriels ;

Rattrapage ;

Le rapport de stage

La soutenance ;

La soutenance du mémoire du jury.

III-5  Durée de la formation : 2 ans

III-6 Organisation pédagogique

Le Département assure la coordination du Master selon les modalités fixées par la Direction et mises en œuvre par le Chef du Département et les enseignants membres du Département, avec l’appui du Secrétariat des Départements

III-7 : Description des Unités d’Enseignements

Le programme comporte 15 UE soit 09 pour le Master1 et 06 pour le Master2.

III-8. Condition d’admission dans le programme

Le master est ouvert aux titulaires d’un diplôme de licence en droit, sciences politiques, histoire des relations internationales, sociologie politique, philosophie politique.

III-9.Effectif annuel des apprenants

Le Master a un effectif de 35 étudiants en Master I et 35 en Master II

III-10. Origine géographique des étudiants

Les étudiants attendus sont des ressortissants du Cameroun, des Etats de la sous – région CEMAC, du reste de l’Afrique et du Monde

Méthode  d’estimation de la base horaire

III-11. Maquette pédagogique de l’offre de formation

  • Ressources humaines

Le corps enseignant du Master est constitué des enseignants permanents de l’IRIC, des enseignants associés (enseignants de rang magistral, des chargés de Cours, des assistants et des professionnels)

Coût de la formation

Le coût du master est de 50.000 frs pour les étudiants réguliers ressortissants de la CEMAC, de 500.000 FCFA pour les travailleurs locaux et 1.000.000FCFA pour les étrangers hors CEMAC.

Le Responsable

Pascale MESSANGA NYAMDING
Pascale MESSANGA NYAMDING